Elle m'avait dit : "tu devrais reconsidérer la semi-bourgeoise". Une façon de souligner avec délicatesse que mes finances et ma position sociale ne me portant pas loin, mon goût du large et du singulier m'interdisant par ailleurs le banal, il fallait que je cesse de faire du nez sur cet item de la nomenclature immobilière nordiste.

Tiens, dîtes-moi si je me trompe, mais je n'ai jamais entendu parler ailleurs qu'ici - je veux dire dans le Nord - de cette classe hybride où l'agent immobilier jette un peu facilement ce qui dans son esprit étroit de vendeur ne correspond
ni à une demeuuuure, ni à la sempiternelle "1930" (bâtie comme chacun sait entre 1900 et 1940, sur un plan inamovible : salon/salle aveugle/salle sur jardinet flanqués d'un étroit couloir + escalier en raidillon + deux petites chambres par étage, le tout sur trois niveaux minimum : le spleen).

Elle m'avait donc dit ça, ma Babette (la plus vielle de mes copines, un souvenir de CE1, il faudra que je vous raconte ça...) et j'avais eu bien tort de ne pas la croire. Six mois plus tard c'était dans le sac : après huit ans délicieux dans un appart extra en plein soleil au coeur de Lille on signait pour une semi-bourgeoise qui ne ressemblait à rien (d'autre), entre un marchand de saucisses et une usine d'assainissement. Le rêve,
ses non ?

Avec tout ça, vous voudriez bien la voir, hein, cette demi-portion qui fait la joie de mes JolisCoeurs. Ben ça va venir. Quinze jours qu'on est dans les lieux, et pas moyen de remettre la main sur l'appareil photos. Ca commence mal...