Chez nous aussi, c'est camping pour tous... En attendant la cuisine de rêve, c'est pizza tous les jours. Un oscar du meilleur ouvrier du monde pour Aldric, qui y a passé ses dix jours de "vacances" avec une abnégation que je veux souligner. Certes, on est loin de la fin, mais on a tout de même : une colonne de wc rutilante (un soucis de pente, des infos pratiques : posez vos questions, il est incollable, je transmettrai !), itou pour les évacuation de l'évier, le doublage sur la moitié de la pièce pour ne plus geler en hiver, plus de petite arcade rustico mais une poutre qui reprend les charges du mur abattu, une porte en bois achetée via le boncoin au fin fond d'une ferme belge à la place de l'accordéon grosfillex en faux noyer et vitres plastiques brouillées, des tablaux de fenêtre enfin isolés (si vous faites refaire ça, c'est à surveiller : même les meilleures boites font du travail de crotte pourvu que cela ne se voit pas), des tablettes à deix centimètres sous les fenêtres, pour éviter de tout faire tomber quand on les ouvre...

 

Oui, il manque encore deux, trois bricoles pour pouvoir vous recevoir, mais vous n'imaginez pas comme on est déjà mieux.

 

DSC_0001  DSC_0358

La porte belge, surélevée pour permettre de coller un autre carrelage sur l'ancien. A droite la cuisine intégrée (à la salle-à-manger).

DSC_0358   DSC_0359

De la lumière (même par temps couvert).

DSC_0360  

Vu de la fenêtre principale, l'autre partie du L : à doubler pour installer les éléments de cuisine.