Toujours un peu bazar, cette kitchen en devenir se trouve à présent pourvue de deux tables : celle que j'avais jusqu'à hier... et celle que m'a donnée Elisabeth, la reine des encombrants. Incroyable ce qu'elle peut trouver dans la rue ! Cette fois, c'est une table de mercière, qui nous a value l'inimitié d'un gars en camionnette blanche nous jetant que "c'est honteux de voler le travail des ferrailleurs" (après avoir voulu la racheter 10 € au p'tit gars Jo chargé par sa mère de veiller sur la bête en attendant que je vienne la récupérer dans une rue de Lambersart). Il va donc falloir dégager celle d'avant... qui ne passe pas par la porte. Le reste poursuit son cours, avec les aléas habituels - pièce cassée, lumières qui ne marchent pas, acide chlorydrique faisant tache sur l'inox, etc. J'en connais un qui n'en peut plus.

DSC_0048

DSC_0049

DSC_0050